Ministère de l’Economie numérique, de la Communication, de la Culture et des Arts, Porte-parole du Gouvernement

Sceau de Republique Gabonaise

Questions et réponses - Table ronde du numérique du 21 décembre 2016

Logo

Concernant la raison d’organiser une table ronde sur ce sujet

L’économie gabonaise repose encore aujourd’hui essentiellement sur l’exportation de matières premières. En raison du risque d’épuisement des ressources à terme et de la fluctuation des cours, il est nécessaire que notre pays prenne la voie de la diversification économique pour assurer son développement. Parmi les secteurs d’avenir, l’économie numérique est l’un des plus prometteurs. L’enjeu pour permettre son essor est la construction d’une véritable infrastructure numérique qui permette le développement de projets. Pour échanger sur ce sujet, nous avons voulu rassembler les acteurs du numérique au Gabon, l’Etat, les entités sous tutelle du ministère tout comme les opérateurs privés, autour de cette problématique : comment créer aujourd’hui des synergies ? L’Etat ne sait pas tout, il n’a pas vocation à tout faire tout seul. Ces synergies sont essentielles pour assurer l’essor du secteur, et il est bien décidé à les favoriser.

A propos de l’ambition de faire du Gabon un hub régional dans le secteur de l’économie numérique

Faire du Gabon un hub régional de l’économie numérique repose sur l’émergence d’acteurs significatifs dans notre pays, s’appuyant sur des infrastructures de qualité et sur une architecture institutionnelle favorable au développement du secteur. A cette fin, le gouvernement présentera dès le mois de janvier prochain son projet d’amélioration de l’environnement réglementaire, pour que celui-ci rentre en vigueur dès le mois d’avril prochain et participe à l’émergence du hub régional.

La réalisation des infrastructures progresse également, notamment l’interconnexion avec la zone nord avec le soutien de la Banque mondiale. La connexion de notre réseau national avec celui de la République du Congo ne nécessite plus que la construction de 200 Km de réseau. Suivront ensuite le raccordement aux réseaux de la Guinée Equatoriale et du Cameroun.

Concernant les enjeux de l’accessibilité des TIC au Gabon

Améliorer l’accessibilité aux TIC est un enjeu majeur, notamment pour favoriser l’entrepreneuriat dans notre pays. A cette fin, nous avons lancé l’incubateur national JA Gabon ainsi que d’autres incubateurs, car il est très important d’accompagner les jeunes entrepreneurs et de favoriser les startups. Nous avons aussi inauguré le Centre Avicenne à l’INPTIC, de ressources en lignes et de e-learning. Ce centre permet de favoriser l’accès à la connaissance et à la formation à l’usage des TIC hors des zones de couverture. Ce type de structures qui vise à mieux fournir l’intérieur du pays en services numériques participe directement à résoudre la fracture numérique dans notre pays. Il y a là un véritable enjeu pour l’Etat engagé dans un processus de dématérialisation. Mais pour y parvenir, il est aussi nécessaire d’améliorer l’accessibilité en poursuivant la construction d’infrastructures, créatrices d’emplois et de croissance pour notre pays.

Concernant le rôle des partenariats entre le secteur public et le secteur privé dans l’essor de l’économie numérique au Gabon

L’Etat voit aujourd’hui les partenariats publics privés à travers son objectif de transformation de l’économie nationale, qui vise l’émergence du secteur privé et celles d’acteurs nationaux significatifs à l’échelle régionale. Un projet de loi réglementant les partenariats publics privés sera ainsi prochainement présenté par le gouvernement afin de les favoriser et d’améliorer leur suivi.

Dans le domaine de l’économie numérique, l’Etat peut accompagner les acteurs privés à travers des mécanismes légaux adaptés et un accompagnement financier. Il est important que les acteurs privés puissent trouver un environnement favorable et que les citoyens puissent devenir acteurs de leur développement. Il importe en revanche que les contreparties octroyées aux acteurs privés soient réinvesties dans l’économie nationale.

L’Etat peut aussi jouer un rôle de facilitateur dans l’environnement à travers des initiatives comme cette table ronde. L’important c’est que les différents opérateurs de l’environnement de l’économie numérique se parlent. L’Etat n’a pas à dicter aux acteurs ce qu’ils doivent faire, mais les aider à se parler entre eux. En rencontrant ces différents acteurs depuis ma prise de fonction, je me suis rendu compte que chacun d’entre eux avait des réponses aux problèmes rencontrés par les autres acteurs. L’enjeu était donc de créer une plateforme pour qu’ils puissent se parler, identifier leurs besoins et multiplier les échanges et les partenariats. Sans ces échanges, l’essor du numérique au Gabon ne pourra pas se poursuivre. Le secteur privé doit faire part de ses besoins et cultiver les synergies avec les acteurs publics et l’Etat.

Concernant la question des réseaux mobiles dans l’intérieur du pays et dans les zones frontalières

Le sujet de la couverture par les réseaux mobiles est un sujet du quotidien très important pour les Gabonais. Au niveau de l’Etat, nous constatons que certaines zones du territoire sont jugées peu rentables par les opérateurs téléphoniques et son mal desservies. Dans le cas des zones frontalières, les habitants doivent utiliser les réseaux mobiles des pays voisins, ce qui entraîne des coûts supplémentaires d’itinérance pour appeler leurs proches au Gabon. Pour résoudre cette situation, l’Etat devra se concerter avec les opérateurs afin d’offrir aux Gabonais les meilleurs réseaux de communication sur l’ensemble du territoire.

Publié le : 05 / 01 / 2017


En Haut